Israël se dote enfin de son propre Bloctel

Publié le 5 juillet 2022 | Par Manuel Jacquinet

En 2018, Le Knesset, le parlement israélien a initié un projet de loi visant à limiter le démarchage téléphonique et à créer une liste d’opposition, un équivalent de Bloctel en France, pour quiconque souhaiterait ne pas être dérangé par des sollicitations non désirées. Le processus, d’une lenteur consommée, touche aujourd’hui à sa fin, maintenant que la commission économique du Knesset a approuvé l’amendement, avec l’ouverture prochaine de la liste d’opposition et l’application des sanctions.

Eli Cohen, ministre de l’Économie à l’époque et partisan du projet de loi, avait alors twitté : « Qu’on en finisse avec l’exploitation des plus vieux et des plus faibles » et ambitionnait de mettre en place la base de données en 2019. Le projet de loi devait être validé par trois votes avant de devenir effectif, ce qui a eu lieu en novembre 2020 lors d’un dernier vote unanime de 52 votants en faveur de la loi contre 0. Le projet de loi s’accompagnait d’une note d’explication : « Des pratiques agressives de vente de démarchage téléphonique se sont développées en Israël qui atteignent des centaines de milliers de shekels. Ce phénomène cible les populations les plus faibles, comme les personnes âgées ou les nouveaux arrivants. L’objet de ce projet de loi et de s’assurer que divers organismes ne pourront pas harceler le consommateur avec des appels de démarchage. » Le projet de loi était porté tout particulièrement par Meirav Cohen, alors ministre pour l’Egalité Sociale et les Retraités, poste qu’elle a retrouvé en juin 2021, après avoir démissionné en janvier de la même année et rejoint le parti Yesh Atid. Elle a occupé le poste de présidente de l’association QG de la guerre contre l’extorsion des personnes âgées.

Apartir de novembre 2022, les citoyens israéliens seront enfin en mesure d’entrer leur numéro dans une base de données intitulée « Ne m’appelez-pas », et, à partir de janvier 2023, appels ou sms contrevenants seront sanctionnés. Les amendes débutent à 25 000 shekels. Entreprises et organismes divers devront vérifier que le numéro de téléphone du démarché ne se trouve pas dans la liste d’opposition 15 jours avant d’effectuer le démarchage.