Quand le numéro surtaxé… est celui du consommateur : Lee Beaumont devient une star en Grande-Bretagne

Publié le 7 juillet 2021 | Par Manuel Jacquinet - Source The Guardian et BBC

Et si les télémarketeurs vous payaient pour vous importuner ? Lee Beaumont, jeune webdesigner de Leeds, et président de l’ONG StopSelfHarm, a eu une idée simple : changer son numéro de téléphone fixe géographique pour un numéro surtaxé, le seul qu’il communique désormais à n’importe quelle entreprise. Et il l’a fait savoir : interviewé par la BBC, son histoire a fait en quelques jours le tour du monde, jusqu’à parvenir aux oreilles de Melissa Francis, la journaliste de Fox News qui l’a interviewée pour son émission Money.

Pour un coût initial de 10 livres (11 euros 80), plus la TVA, son numéro en 0871 lui rapporte 10 pence (12 centimes) par minute, sur lesquels il touche 7 pences (8 centimes). Un an et demi après avoir changé son numéro, il a ainsi gagné 300 livres (353,60 euros). Et c’était avant que les médias ne commencent à parler de lui – il a ainsi reçu les seuls trois premiers jours de septembre 116 appels, contre une moyenne de 20 à 50 par mois précédemment.

300 livres gagnées à raison de 7 pence la minute, pour un investissement de 10 livres

Car se prenant au jeu, il a utilisé le système non plus pour décourager les appels intempestifs, mais bien pour les faire durer. Après avoir eu un problème avec une commande en ligne, il a refusé de composer le numéro en 0845 du service client concerné, et choisi de publier son propre numéro sur Twitter, sachant pertinemment qu’il serait récupéré par les sociétés de marketing. Joint par la rédaction (fort heureusement, à son numéro non surtaxé), il explique qu’il a eu cette idée parce que le Phone Preference Service, la « liste Pacitel » britannique, « ne marche pas avec les entreprises qui appellent de l’étranger. Et c’est encore pire quand on vous appelle d’Inde ou des Philippines, qu’on ne comprend même pas ce que dit le télémarketeur ». S’il n’est « pas surpris » par la médiatisation de son affaire, il ne s’attendait pas à ce que son nom soit évoqué par un parlementaire britannique lors d’une réunion de commission sur l’encadrement législatif du télémarketing. En ce qui le concerne, et même s’il est « fan » de la série The Call Centre (voir En Contact 75), il souhaite que les appels à froid soient purement et simplement interdits.

« Les commandes de numéros surtaxés ont augmenté de 1000% »

L’entreprise qui lui a fourni son numéro – dont il n’a pas le droit de divulguer la raison sociale – est, elle, assez embarrassée par cette histoire. « Je leur ai dit dès le début ce que je voulais en faire, et je leur ai fait comprendre que cela n’enfreignait pas les réglementations en vigueur. Maintenant qu’on a parlé de mon histoire, ils disent que cela enfreint leurs conditions d’utilisation. Ce qui leur pose problème, c’est que j’annonce clairement à tout le monde ce que coûte un appel vers mon numéro : ils ont peur que beaucoup de gens suivent mon exemple, ce qui déstabiliserait leur modèle économique et donc le coût des communications qu’ils proposent ». D’autres concurrents ne s’en plaignent pas tant : « J’ai discuté avec des gens d’une entreprise de télécoms le week-end dernier. Ils m’ont appris qu’après qu’on a commencé à parler de mon histoire, les commandes pour leurs numéros surtaxés ont augmenté de 1000%. »