Les cafouillages se prolongent sur Bloctel

Publié le 12 octobre 2021 | Par Holden Caufield

Comme mentionné dans la lettre d’infos exclusives Plates-formes N°142, éditée par En-Contact, la DGCCRF ne donne toujours aucune date de rétablissement de la liste d’opposition au marketing téléphonique, en panne depuis le 1er octobre. 
De nombreux grands groupes, qui se sont acquittés de frais d’adhésion supérieurs aux nouveaux tarifs se demandent s’ils vont être remboursés. Pas plus à la DGCCRF que chez Wordline-Ingenico on n’est très disert sur ces sujets.

« Je n’ai jamais vu une telle équipe de bras cassés et de gens incompétents, incapables d’anticiper » accepte de partager un bon connaisseur du dossier Bloctel qui a eu l’occasion, ces derniers mois, de solliciter et échanger avec les responsables de la DGCCRF qui gèrent, pour le compte du Ministère de l’Économie et des Finances la liste d’opposition au démarchage téléphonique, plus connue sous le nom de Bloctel.
Alors qu’elle devait changer de concessionnaire, le nouvel arrivant étant Wordline-Ingenico, la liste et la plateforme ne sont plus fonctionnelles depuis le 1er octobre, sans qu’on sache à ce stade pourquoi ni la date de rétablissement. Worldline s’est fendu le 6 octobre d’un communiqué de presse aussi lunaire que laconique qui prétend expliquer que la continuité de services est assurée alors qu’on ne peut plus s’inscrire ni expurger les fichiers de téléprospection. Plus gênant, une question financière occupe quelques grands groupes qui se sont acquittés de frais d’adhésion dans l’année supérieurs aux nouveaux tarifs (un exemple : la formule annuelle d’accès illimité à Bloctel était facturée 40Ke par an et elle l’est désormais au tarif de 16 ke) mais la DGCCRF n’a pas prévu de rembourser ou d’allonger par exemple la durée d’abonnement aux adhérents concernés par cette situation.
Sollicité par nos soins, le dirigeant d’Opposetel, l’ancien concessionnaire, confirme qu’il a reçu comme consigne de verser au nouveau concédant les sommes perçues sous forme de PCA (produits constatés d’avance) alors qu’il avait proposé de rembourser les clients au prorata.

Par la rédaction d’En-Contact